Morphométrie des sastrugi suivie par laser-scan automatique au Col du Lac Blanc (Alpes Françaises, 2720 m).

Naaim Bouvet, F. ; Picard, G. ; Bellot, H. ; Arnaud, L. ; Vionnet, V.

Type de document
Communication scientifique sans actes
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA GRENOBLE UR ETGR FRA ; UNIVERSITE GRENOBLE ALPES IRD CNRS-INSU GRENOBLE INP UMR 5001 INSTITUT DES GEOSCIENCES DE L'ENVIRONNEMENT GRENOBLE FRA ; IRSTEA GRENOBLE UR ETGR FRA ; UNIVERSITE GRENOBLE ALPES IRD CNRS-INSU GRENOBLE INP UMR 5001 INSTITUT DES GEOSCIENCES DE L'ENVIRONNEMENT GRENOBLE FRA ; METEO FRANCE CNRS UMR 3589 CNRM GRENOBLE FRA
Année
2017
Résumé / Abstract
Le manteau neigeux présente certains éléments de rugosité de surface, tels que les ripples ou les sastrugi, qui sont directement liés à l'érosion éolienne. En retour, ces rugosités modifient l'écoulement du vent à proximité de la surface, et par là même, le flux de neige transporté par le vent (Amory et al., 2016). Cette rétroaction doit donc être prise en compte dans les modèles numériques. Les sastrugi consistent en une irrégularité topographique tranchante du manteau neigeux d'une échelle métrique et dont les arrêtes sont orientées dans la direction des vents dominants au moment de leur formation. Les processus de formation de telles structures restent encore mal identifiés. Pour améliorer la connaissance dans ce domaine, une première étape consiste à combiner données météorologiques et descriptions précises des propriétés géométriques des sastrugi. Mais la complexité des surfaces ne peut pas être facilement appréhendée par de simples mesures manuelles et ce, d'autant plus, que la dynamique de formation de telles structures est très rapide. Un suivi régulier par balayage laser automatique peut donc être une solution. C'est ainsi qu'un laser-scan bas coût mis au point à l'IGE (Picard et al., 2016) a été testé pendant deux saisons hivernales au Col du Lac Blanc (Oisans, 2720 m) dans le cadre du SOERE CRYOBS-CLIM. Ce site expérimental est particulièrement bien adapté pour une telle étude puisqu'il dispose, outre d'une zone où se forment régulièrement des sastrugi, de données météorologiques précises, incluant le flux de particules de neige transportée, et ce toutes les 10 minutes. Le laser-scan a couvert une surface au sol d'environ 200 m² pour une résolution spatiale horizontale de 2 cm et a permis de suivre l'évolution de l'état de surface à raison d'un scan (voir 2) par jour pendant les saisons 2015-2016 et 2016-2017. Les caractéristiques géométriques des sastrugi, comme le maître couple ou encore la hauteur moyenne des rugosités, ont été extraites des modèles numériques de terrain issus du laser-scan et la morphométrie des sastrugi a été examiné à la lumière des données d'intensité des chutes de neige, de vitesses de vent et de flux de particules de neige transportée.
Congrès
Journées SHF Glaciologie - Nivologie - Hydrologie de Montagne , 22/03/2017 - 23/03/2017, Grenoble, FRA

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Liste complète des notices de CemOA