Peut-on compenser les conditions de travail contraignantes ? Une analyse à travers le modèle exigences/ressources

Silveri, F.

Type de document
Thèse
Langue
Français
Affiliation de l'auteur
IRSTEA MONTPELLIER UMR ITAP FRA
Année
2017
Résumé / Abstract
Sur leur lieu de travail, les individus sont confrontés à de nombreuses difficultés. Souvent, ces difficultés sont engendrées par de mauvaises conditions de travail qui génèrent des phénomènes de risques psychosociaux (RPS), susceptibles de nuire à la santé des salariés. En Sciences de la Gestion, les RPS sont l'objet d'un intérêt croissant, car ils ont aussi un impact sur la performance et sur la pérennité de l'entreprise. Alors qu'il existe des politiques et des pratiques de gestion des ressource humaines (GRH) mises en place par les entreprises pour faire face à ces risques, une démarche efficace n'est pas encore aboutie. Or, selon le modèle exigences/ressources (Demerouti et al., 2001), il existe des conditions de travail favorables (ressources) qui ont le potentiel de réduire ces risques, et qui font l'objet de ces travaux de recherche. Plus précisément, cette thèse s'interroge sur les représentations des salarié/es quant aux ressources qui ont le plus de potentiel pour réduire les effets des conditions de travail nocives. En même temps, nous faisons l'hypothèse que ces ressources sont aussi capables d'influencer la pérennité de l'entreprise, via la fidélisation des salarié/es. Nous avons mené une étude de cas au sein d'un groupe de l'agro-alimentaire, qui contrôle deux implantations industrielles qui ont conservé leur culture d'entreprise d'avant la fusion dans ce groupe. Nos résultats montrent que les salariés identifient quatre ressources (autonomie au travail, variété des tâches, bon climat social et soutien des supérieurs) qui ont plus de potentiel que d'autres pour compenser les conditions de travail contraignantes, et que ces ressources sont largement citées quel que soit le genre, le poste occupé, et le site. Il apparaît que ces mêmes ressources sont aussi capables d'influencer l'intention de rester des salarié/es dans l'entreprise. Cependant, ce ne sont pas toujours les pratiques de GRH qui créent ces ressources, mais -d'après les représentations des salariés- plutôt des valeurs liées à la culture d'entreprise précédant la fusion. Au-delà de la contribution à la théorie Exigences/Ressources, nos travaux souhaitent aussi contribuer à la prise de conscience, par les managers, de l'intérêt de certaines ressources pour la mise en place de meilleures conditions de travail et l'amélioration des stratégies de pilotage de la pérennité.
At the workplace, individuals face many challenges. Usually these difficulties are caused by poor working conditions that generate the phenomena of psychosocial risks factors (PRF), which can harm the health of employees. In management sciences, an increasing interest has set to PRF, particularly because they also have an impact on the performance and on the longevity of the company. The human resource management (HRM) policies and practices are made by companies to deal with these risks, but an effective approach is not yet achieved. According to the job demands / resources model (Demerouti et al., 2001), there are better working conditions (resources) that have the potential to buffer demands which causes PRF. Resources are the subject of this thesis. Precisely, this thesis questions the employees' representations resources that have the greatest potential to buffer harmful working conditions. At the same time, we make the assumption that these resources are also able to influence the longevity of the firm, through employee loyalty. We conducted a case study within an agri-food group, which controls two industrial establishments which inherited their organizational culture before joining this group. Our results show that employees identify four resources (autonomy at work, task variety, good social climate and superiors support) that have more potential than others to buffer dangerous working conditions. Moreover, these resources are equally quoted in relation to gender, occupation, and industrial site. Furthermore, it appears that the same resources are also able to influence employees intention to remain in the group. However, it is not always the HRM practices that create these resources, but rather the values that are linked to the firm culture, before the merger. Beyond the contribution to the job demands / resources model, our research also aims to contribute to the managers' awareness of the value of certain resources to implement better working conditions and management strategies of longevity.
Diplôme
Doctorat Sciences de Gestion, Université de Montpellier

puce  Accés à la notice sur le site Irstea Publications / Display bibliographic record on Irstea Publications website

  Texte intégral / Full text

  Liste complète des notices de CemOA